Forums

Atlantic-Sky :: Forums :: Atlantic Sky :: Le Mermoz
 
<< Sujet précédent | Sujet suivant >>
Aventures au Népal : 2ième volet : Retour aux sources.
Aller à la page   <<        >>  
Modérateurs:ATY001_Jacques, ATY002_Christian, ATY020_Yves, ATY029_Michel, com_press, ATY017_Yoann
Auteur Message
ATY029_Michel
lundi 02 janvier 2017 - 15:34:20

Membre enregistré #195
Inscrit(e) le: mercredi 26 septembre 2012 - 17:45:54
Messages: 315
bon bien, voici Guy et Tonton
image:http://img15.hostingpics.net/pics/125929Prepar3D20170101220157.jpg
Retour en haut
ATY020_Yves
mardi 03 janvier 2017 - 01:01:45
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1859
[Suite de l'histoire, post de liaison]

Jeffrey nous signifie qu'il est temps de rejoindre Lord McKingley dans le salon pour un apéritif avant de passer à table. Yves m'avais suggéré d'emmener une ou deux tenue de soirée (on ne sait jamais, m'avait-il dit). Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai effectivement emmené une robe noir et or qui fait très habillée. Yves, qui n'a pas l'habitude de me voir ainsi (ça a quand même dû arriver une ou deux fois) est ébloui par l'effet qu'elle produit sur moi. Il me trouve encore plus belle, ce qui me fait rougir un peu, étant peu habituée à ce genre de compliment (sauf par mon père...mais c'est mon père, c'est pas la même chose).

Alors que nous commençons à descendre les marches qui mènent de notre chambre au salon, Yves s’interrompt et remonte en prétextant avoir oublié quelque chose. Je continue donc seule à descendre. Mais Yves ne tarde pas à me rejoindre.
"Que buvez-vous ma chère ? me demande McKingley
- Euh...je ne sais pas trop, je n'ai pas l'habitude de boire, dis-je un peu penaude.
- Alors, laissez-moi vous faire goûter un vieux Scotch, si vous n'aimez pas, dites-le moi, je ne vous en voudrai pas.
- Merci beaucoup Lord McKingley.
- Mais je vous en prie, appelez-moi John.
- Qu'il en soit ainsi John.
- Alors dites-moi, comment avez-vous connu Yves ?
- Il ne vous a pas raconté ?
- Cela fait longtemps que je n'avais pas eu de nouvelle d'Yves, c'est plutôt quelqu'un d'assez discret, vous savez...
- Oui. Disons que j'ai été son élève...
- Et vous l'avez supporté ? dit-il dans un éclat de rire. Mon Dieu, ayez pitié de cette pauvre femme !
- Je reconnais que ça n'a pas été toujours facile.
- Dites carrément qu'il est impossible ! Je l'ai vu à l'oeuvre avec de jeunes pilotes. Vous devez avoir un sacré caractère pour avoir résisté à sa torture !
- J'avoue avoir eu parfois des doutes, mais je lui ai fait confiance, et plus que tout, j'ai appris à le connaître et à le comprendre.
- Eh, John, intervint le principal intéressé, ne t'apitoies pas sur elle. Elle m'en a fait voir aussi, et je te confirme qu'elle a un sacré tempérament. Et je peux te dire une chose, pardon d'être vulgaire, mais c'est un sacré putain de bon pilote !"

Et là, immanquablement à chaque fois, je pique un fard du feu de dieu et je sens les larmes envahir mes yeux. J'y peux rien, je ne maîtrise pas.

"Bon, mais il paraît que vous n'êtes pas resté les bras croisés ces derniers temps, reprend McKingley.
- Disons que nous avons un peu voyagé, en effet, répond Yves.
- On m'a parlé d'une excursion en Chine et d'une autre dans le Pacifique Sud, mais mes sources se sont heurté très vite à des obstacles, disons, suffisamment haut pour ne pas être franchis.
- Ah ah ah ! Je vois que tu n'as pas perdu la main, toi non plus. Ma chérie, vois-tu, Lord McKingley était un as du renseignement aéroporté. Il savait tout sur tout le monde au sein de la base, et bien sûr, sur nos ennemis de l'époque. Je vois qu'il est toujours aussi efficace.
- Oh, je ne suis plus aussi affûté, rétorque-t-il, car à l'époque, j'aurais su le fin mot de l'histoire avant même que celle-ci ne se termine !
- Alors pour satisfaire ta curiosité, oui, nous avons mené une ou deux opérations clandestines, mais je ne peux pas t'en dire plus.
- Elle aussi ? demanda McKingley un peu surpris.
- Oui, et en véritable combattante", appuie Yves, et moi je repique un fard. Si cette soirée continue comme ça, il n'y aura bientôt plus besoin de chauffer ce château à force de me faire rougir !

Après cette entrée en matière brûlante (pour moi en tout cas), nous passons à table. Le dîner se déroule en racontant les anecdotes des un et des autres. McKingley me presse de questions quant à la formation que m'a prodigué Yves. Nous essayons aussi de lui expliquer ce qui nous unit, Yves et moi, et je vois qu'il en est heureux. Quoique ni l'un ni l'autre n'en font état, je soupçonne des liens entre Yves et John bien plus profonds qu'ils ne le laissent paraître. Il y a un accord entre eux, une sorte de pacte magique qui les lie, comme un sortilège mystérieux. Et là, en cet instant précis, pendant un dixième de seconde qui me semble durer une éternité, je me sens un peu étrangère...ou jalouse, je ne sais pas trop, tant ce sentiment est furtif et confus. Mais cette magie allait moi aussi m'envahir quelques heures plus tard, sauf que là, tout de suite, je n'en ai absolument pas conscience...

[suite au prochain post]

[ Édité mardi 03 janvier 2017 - 01:08:29 ]
Retour en haut
ATY027_Guy
mardi 03 janvier 2017 - 18:34:56

Membre enregistré #80
Inscrit(e) le: jeudi 02 avril 2009 - 22:06:52
Messages: 826
Je ne peux résister à partager ces quelques images glanées sur le Net(sur le site dédié à Eilean Donan):
voilà dans l'état qu'il a pu être à l'orée du 20è siècle: un beau veillard romantique à souhait après 14 siècles mouvementés
image:http://img11.hostingpics.net/pics/320552eileandonantimeline.jpg
Comme qui dirait ,"y a eu du boulot chti gars!

voilà ce à quoi il aurait pu ressembler au moyen âge (photo extraite du film Highlander)
image:http://img11.hostingpics.net/pics/570148eileandonanfilmphotohighlander.jpg

et maintenant des magnifiques vues :
image:http://img11.hostingpics.net/pics/8243921005549cosse.jpg

celle-ci plus" aéronautique"en tout cas de saison!
image:http://img11.hostingpics.net/pics/626942eileandonanvisit2.jpg

une petite dernière ,probable vue d'artiste photo. pour rêver!

image:http://img11.hostingpics.net/pics/149992eileandonanbrooding.jpg

Faisons un rêve: lesquels d'entre-nous seraient partant pour y passer , disons un long week-end?
il va y avoir de quoi , l'année 2017 étant remplie de "ponts"
Retour en haut
ATY029_Michel
mardi 03 janvier 2017 - 18:37:25

Membre enregistré #195
Inscrit(e) le: mercredi 26 septembre 2012 - 17:45:54
Messages: 315
c'est beau, et c'est la que l'ont vois que le temps passe vite
Retour en haut
ATY022_Michel
mardi 03 janvier 2017 - 19:31:09
Membre enregistré #133
Inscrit(e) le: dimanche 04 décembre 2011 - 22:26:29
Messages: 315
Superbe
Merci pour le partage
Retour en haut
ATY020_Yves
mercredi 04 janvier 2017 - 00:10:04
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1859
Excellent, Tonton ! Je vois que j'ai eu une bonne idée en vous emmenant là-bas...J'en suis heureux, très heureux !
Retour en haut
ATY027_Guy
mercredi 04 janvier 2017 - 18:14:04

Membre enregistré #80
Inscrit(e) le: jeudi 02 avril 2009 - 22:06:52
Messages: 826
bon Yves ,je continues avec ce site où les photos abondent , moi c'est sûr je vais m'organiser pour y aller
https://www.tripadvisor.fr/Attraction_Review-g186547-d189549-Reviews-Eilean_Donan_Castle-Kyle_of_Lochalsh_Lochalsh_Scottish_Highlands_Scotland.html#photos;geo=186547&detail=189549&ff=229686474&albumViewMode=hero&albumid=101&baseMediaId=229686474&thumbnailMinWidth=50&cnt=30&offset=-1&filter=7

Retour en haut
ATY027_Guy
mercredi 04 janvier 2017 - 20:48:06

Membre enregistré #80
Inscrit(e) le: jeudi 02 avril 2009 - 22:06:52
Messages: 826
pour ceux qui n'ont rien d'autre pour scène que celle de FSX il existe un Land class qui améliore nettement le paysage
http://library.avsim.net/esearch.php?DLID=151693
Retour en haut
ATY027_Guy
mercredi 04 janvier 2017 - 20:49:26

Membre enregistré #80
Inscrit(e) le: jeudi 02 avril 2009 - 22:06:52
Messages: 826
land classe pour l'Ecosse
Retour en haut
ATY020_Yves
vendredi 06 janvier 2017 - 22:40:23
Dir-Tech

Membre enregistré #43
Inscrit(e) le: mardi 06 mai 2008 - 00:48:45
Messages: 1859
[Suite l'histoire, post de liaison...]

A un moment donné du repas, je dois - comment dire...- m'absenter. Et lorsque je reviens, le dessert est tout juste servi. Puis vient le café et...le pousse café, agrémenté d'un scotch à faire pâlir les amateurs de la fameuse boisson. Puis nous passons au salon terminer les conversations en cours. Mais l'heure tourne dans une joyeuse ambiance. Mes soupçons se confirment quant aux liens qui existent entre les deux hommes. Sans dévoiler de secrets, Lord McKingley m'explique un peu les raisons qui les lient tant : "Imaginez, ma chère, une situation critique, disons, un combat contre l'ennemi. L'issue semble en faveur de ce dernier. Et nous nous trouvons, votre homme et moi-même, au même endroit, par hasard. Et nous ne nous connaissons pas encore. Mais l'ennemi est juste en face, à nous chercher. Nous sommes pilotes, en zone hostile. Nos avions respectifs ont été abattus et nous devons faire profil bas pour ne pas être pris. D'un autre côté, si nous ne bougeons pas, ils vont nous trouver, fatalement. Votre homme a une idée de génie pour sortir de cette impasse, mais il ne peut pas la réaliser seul. Je lui demande quel est son idée, et je décide de l'aider.
- Vous lui avez sauvé la vie, quoi ! l'interromps-je.
- Que nenni ! Aucun des deux n'a sauvé l'autre. Nous nous sommes sauvés ensemble, formant une parfaite équipe. L'un faisant diversion pour l'autre à tour de rôle. L'ennemi ne savait plus où chercher. C'est cette unité, ce travail commun qui nous a permis de nous mettre à l'abri et en sécurité. Comprenez qu'au sein d'une armée, un pilote est un bien inestimable, plus même que son avion. Cette aventure nous est restée comme un lien sacré et ancré à jamais. Je vous souhaite un jour de vivre cela, car on ne le vit qu'une fois dans une vie. Et Yves ici présent, s'est comporté ce jour là, en homme d'honneur, en gentleman, vous pouvez me croire."

Je médite sur ces paroles et la fatigue commence à se faire sentir. Je propose donc de nous retirer. McKingley nous souhaite un nuit très douce, sur un ton empreint d'une certaine malice. Je ne sais pas pourquoi.

Nous remontons vers notre chambre, Yves et moi. J'entre et pars dans la salle de bain me changer. En passant devant le lit, je ne remarque rien de particulier, à première vue. Yves s'est assis dans l'un des fauteuils présents dans la chambre. On dirait qu'il attend quelque chose, mais j'ignore de quoi il s'agit. J'entends frapper à la porte et Yves remercier Jeffrey.

La mémoire est quand même une drôle de machine ! Vos yeux voient des choses, mais votre cerveau ne les interprète pas toujours immédiatement. Mais cela ne l'empêche pas de les enregistrer, ces images. Et c'est l'une d'elles qui me revient, là, ici et maintenant, alors que je sors juste de la douche. Il faut que j'en aie le cœur net. J'enfile une serviette autour ma taille, de manière à cacher mes formes et je sors comme une folle de la salle de bain et me plante devant le lit.

C'est ça ! Ma mémoire ne m'a pas joué de tour. Il est là. Cet écrin noir, que j'avais malheureusement fait tomber de la sacoche de vol. Il est là ! Trônant fièrement sur le coussin où je repose habituellement ma tête. Je n'ose m'approcher. Je tourne la tête et regarde Yves. Rien ne transparaît, aucune réponse. Je redoute de savoir ce qu'il y a dans cet écrin et en même temps, ma curiosité est piquée au vif. C'est alors qu'Yves ouvre la bouche, dans un silence pesant :"C'est ici que ta vie va vraiment changer. Cet écrin peut renfermer tout tes espoirs ou toutes tes peurs, et je ne saurais, moi, te dire lesquels prédominent en toi. Ce sera donc réellement tes choix, en toute indépendance, et en toute liberté. Quoique contienne cet écrin, il fera de toi une femme libre, au sens noble du terme, c'est à dire une femme qui décide de sa propre vie." et ce sera tout ce qu'il dira. Mais que contient donc cet écrin ? Je n'en peux plus. Je m'approche de la petite boîte, sans trop savoir s'il s'agit d'un cadeau ou de la boîte de Pandore. Je prends délicatement la boîte entre mes mains tremblante et l'ouvre délicatement.

A peine ouverte, c'est comme si mille feux envahissaient l'endroit, illuminant de ses reflets toute la pièce. Et parmi tous ces éclats, repose, là, bien au chaud, une bague. Une bague très finement sculptée et incrustée de diamants et d'autres pierres précieuses, saphirs, rubis, émeraudes...

Je repose doucement l'écrin ouvert sur le coussin, là même où je l'ai pris. Derrière moi, Yves s'est approché et a posé un genou à terre, dans la position du chevalier en attente d'être adoubé. Le tableau est surréaliste. Et moi, je suis là, je ne sais plus quoi faire, je ne sais même plus où je suis. Je m'assois sur le lit, doucement. Yves prends doucement le minuscule coffret et le présente face à moi : "Shanti, je n'envisage plus la vie telle qu'elle m'apparaissait avant de te connaitre. Alors que je n'y croyais plus, tu m'a fait redécouvrir ce que voulait dire le mot aimer. Veux-tu m'épouser ? Veux-tu faire de moi le plus heureux des hommes ?"

Bon, d'accord, vous allez dire que je suis une chochotte, que je suis trop émotive, etc...Mais là, comme ça, je sens les sanglots étrangler ma gorge, les larmes envahir mes yeux et je fais quelque chose que je n'aurais jamais cru pouvoir faire : "Relève-toi mon amour, dis-je tant bien que mal. Ce n'est pas toi qui devrait être à genoux ici, mais moi. Tu m'as tant apporté, tu as tant pris soin de moi, tu as tant partagé. C'est moi qui te suis redevable. Je sais que tout ce que j'ai pu faire, je l'ai gagné, comme tu dis, mais je n'aurais pas pu le gagner sans toi." A ce moment là, je retire la bague de son écrin et la lui remets. Il la passe alors délicatement à mon doigt et je reprends : "Oui, mon amour, je veux être ta femme. Mais par dessus tout, je veux que tu restes mon Maître, le Sage qui saura et qui continuera à me guider. Alors j'espère que je deviendrai ta muse. Celle qui t’apportera la joie et la sérénité." et n'y tenant plus, je me jette dans ses bras et pleure à chaude larmes...une fois de plus ! Je ne prête même pas attention que dans l'élan, la serviette qui me recouvrait s'en est allée choir sur le sol, sans un bruit et je suis donc nue, sans aucun artifice, telle mon âme en ce moment même.

McKingley avait raison, la nuit allait être douce...très douce...dans les bras de mon fiancé...

[Suite au prochain post]

[ Édité vendredi 06 janvier 2017 - 22:47:24 ]
Retour en haut
Aller à la page   <<        >>   

Allez à:     Retour en haut

Fil d’informations pour ce sujet: RSS 0.92 Fil d’informations pour ce sujet: RSS 2.0 Fil d’informations pour ce sujet: RDF
Powered by e107 Forum System